Etape par étape

Il n’existe pas une seule et unique méthode selon les étapes successives de laquelle la science se construit.

On se représente couramment la production de la connaissance scientifique comme un modèle cybernétique.  Au départ, il y a une question de recherche, puis une hypothèse est bâtie, et une expérience est imaginée pour tester l’hypothèse, l’expérience est réalisée, les résultats qui en découlent résolvent la question de recherche, ou renvoie le scientifique à la correction de son hypothèse.  Une analyse plus fine de la production de la connaissance révèle que ce schéma n’est pas une représentation adéquate, et qu’il y a de surcroît d’autres approches méthodologiques possibles pour produire la connaissance scientifique.

Les histoires où cet aspect joue un rôle sont :

 L’établissement de l’équivalent mécanique de la chaleur fut décisif pour fonder la première loi de la thermodynamique, qui énonce la conservation de l’énergie. Deux histoires qui mettent l’accent sur des aspects différents du travail scientifique décrivent les expériences par lesquelles Joule put déterminer le rapport entre la chaleur et le travail mécanique.
Joule et l’énergie

 « Le tristement célèbre scorbut », sans doute la maladie la plus connue dont les marins de tous les temps ont souffert… James Lind, médecin de la marine, put déterminer la cause du scorbut en usant d’une approche systématique : une étude expérimentale comparative sur ses patients. 
Lind et le scorbut

 L’usage direct de l’énergie solaire est connu depuis plus longtemps qu’on ne le pense.  Cette histoire vous conte les développements précoces des premiers fours solaires ainsi que les raisons politiques et économiques qui expliquent que cette technologie propre ne fut pas diffusée alors.
Mouchot et le cuiseur solaire

 Par quel modèle décrire l’atome ?  Les résultats expérimentaux de Rutherford se trouvent en contradiction avec les théories développées par son promoteur de thèse, le professeur J.J.Thompson. Assis à la table du repas de Noël 1911, la contemplation d’un pudding donne des idées à Rutherford.
Le noyau atomique d’Ernest

 Quelle est la nature de la chaleur – s’agit-il d’un fluide ou d’un mouvement infinitésimal de la matière? Parmi d’autres savants, le Ministre Bavarois de la Guerre, Benjamin Thompson, plus tard connu sous le nom de Comte Rumford, répondit à cette question en étudiant le processus de forage des canons.
Rumford et le Calorique