Subjectivité

La science comporte des aspects subjectifs.

La science et la recherche scientifique sont couramment considérées comme objectives, et pourtant, elles comportent aussi des aspects subjectifs : les scientifiques décident ce qui est considéré comme acquis, quelles sont les données pertinentes et celles qui constituent un artefact.  Subjectif ne doit pas être confondu avec arbitraire.

Les histoires où cet aspect joue un rôle sont :

 Le médecin néerlandais Christiaan Eijkman tente désespérément de guérir ses patients d’une étrange maladie. Le béribéri était connu depuis longtemps dans les colonies hollandaises, mais les savants demeuraient incapables d’identifier la cause de la maladie.  Comment on parvint à comprendre les causes et les effets du béribéri est une histoire pleine de détours et de rebondissements.
Eijkman et le béribéri

 Irène Joliot-Curie et son mari Frédéric manquèrent par deux fois d’annoncer une découverte qui, une fois annoncée par leurs concurrents, assurèrent à ces derniers un Prix Nobel. En 1935, un Prix Nobel vient enfin récompenser la rigueur de leurs capacités d’observation et leur permet de montrer comment l’homme est capable de produire de nouveaux éléments radioactifs.
Irène Joliot-Curie et la radioactivité artificielle

 Le nombre grandissant des éléments constitue un défi pour les chimistes en ce milieu de 19ème siècle. Ils se posent en outre la question de savoir s’il se trouve encore des éléments à découvrir… Un Russe résout une partie de l’énigme avec une approche tout à fait originale.
Mendeleïev et le Système Périodique

 Le ministre bavarois de la guerre, Benjamin Thompson, doit trouver comment nourrir ses troupes à l’économie. Mais les pommes de terre, qui pourraient constituer la solution, ont mauvaise réputation.
Rumford et la nutrition